LIFESTYLE Superbowl L : 5 bonnes raisons de se coucher très tard dimanche

Superbowl L : 5 bonnes raisons de se coucher très tard dimanche

Commentaires (0) LIFESTYLE Alexandre Jeanpetit

Dimanche a lieu le 50e Superbowl au Levi’s Stadium de Santa Clara, Californie. Au programme, ribs, buckets de bières et un gros match en prévision. Les Carolina Panthers affrontent les Denver Broncos. On a demandé aux spécialistes du genre, le magazine Foot Ricain de nous donner les 5 bonnes raisons de mater le Big Game, si il en fallait !

#1 Le (très) possible dernier match d’une légende

manning

Le quintuple MVP Peyton Manning aura 40 ans le mois prochain. Et après 18 saisons et 10 384 passes, celui que beaucoup proclament meilleur joueur NFL de tous les temps, a laissé entendre que ce Superbowl serait son dernier «rodéo». L’homme de tous les records dont celui des touchdowns à la passe (550) et des yards envoyés (75 000 qu’on aimerait pas les faire en cote) n’a rien annoncé publiquement mais une seconde bagouze de champion serait le point final idéal d’une carrière qui ne l’est pas moins.

#2 Super Cam vs. The Sheriff

manning-vs-newton

C’est THE matchup. Le futur MVP contre le futur hall of famer. Le décadent Cam Newton contre le sage Peyton Manning. L’afro-américain au balbutiement de sa brillante carrière contre l’expérimenté taulier. Il ne manque pas de qualificatifs pour parler de cette opposition fantastique. Pour les non-footeux ricains, c’est comme si Pelé affrontait Neymar.

Cette saison, Cam 26 ans, a enchaîné les touchdowns à la passe (38) comme à la course (12). Il a mené à bout de bras son équipe qu’on n’attendait plus après la perte de leur meilleur receveur Kelvin Benjamin avant même que la saison débute. Mais contre toute attente et avec un talent hors norme (1m96 pour 111 kilos et pourtant l’un des QBs les plus mobiles de sa génération), il a su faire briller son attaque et ses receveurs, passés de seconds couteaux à lames de boucher à transpercer les défenses, pour les mener à une campagne presque parfaite (15-1).

De l’autre côté, il y aura le vétéran Peyton Manning à la santé déclinante dont un bras meurtri par les 10 384 passes en carrière qui n’a plus rien à prouver, juste un dernier titre à aller chercher. Il a mené au forcing jusqu’ici une équipe qu’on n’attendait plus elle aussi, en battant notamment son meilleur ennemi Tom Brady des Patriots, pourtant favoris, pour ce qui était sûrement leur dernier duel.

#3 Affrontement entre les 2 meilleures défenses du pays

broncos-denfense-superbowl

Il n’y a pas que deux superbes QBs qui s’affrontent. Il y a aussi deux monstrueuses défenses : La défense des Panthers menée par un autre jeunot pétri de talent, le linebacker Luke Kuechly et «l’ancien» Thomas Davis, qui malgré un bras cassé a juré qu’il jouerait coûte que coûte. Face à l’agressive et solidaire défense des Broncos qui a maintenu une équipe poussive avec la santé fragile de son quaterback en terrassant les équipes qui étaient sur leur passage.

L’histoire nous montre qu’un Superbowl se gagne avec la défense. Mais avec ces deux terribles et infatigables escouades, impossible de savoir laquelle des deux prendra le dessus.

#4 C’est le moment de comprendre ENFIN les règles du Football américain

Perçu compliqué par les novices, le Football américain n’est difficile à assimiler que par leurs joueurs qui doivent ingurgiter un cahier de jeux deux fois plus gros que les mémoires de Jeanne Calment. Les règles sont en réalité très simples et nous allons en expliquer les fondements :

Chaque équipe doit franchir avec le ballon la zone de touchdown à l’autre bout du terrain pour marquer 6 points. Il est possible de marquer 1 point de plus en transformant au pied entre les poteaux ou 2 avec une nouvelle action à 2 yards de la «end zone» (1yd = 0,9m). On suit toujours ? Pour ce faire, chaque équipe a 4 essais pour passer minimum 10 yards. Si elle y arrive, à nouveau 4 tentatives, si elle échoue, elle rend le ballon à l’adversaire. Il est également possible de marquer 3 points par un «field goal» qui est une transformation au pied entre les poteaux. A savoir, chaque équipe compte 3 équipes distinctes avec des joueurs différents. Une «defense», une «offense» et une «special team» pour les engagements. En tout ils sont 53 joueurs par équipe.

Voilà pour ce qui est des basiques. Pour le reste rassurez-vous, si les règles étaient si compliquées, il n’y aurait pas autant d’américains qui regarderaient !

#5 La grande messe des publicitaires

Chaque année, le spectacle est aussi dans les publicités. Les créatifs du monde entier regorgent d’imagination pour offrir les plus belles ou les plus déjantées avec son lot de superstars. Le Superbowl précédent a réuni 111,5 millions de téléspectateurs et la seconde coûtait 150 000$ soit 4,5 milliards le spot de 30 secondes. A ce prix là, mieux vaut se marrer. Certains gros malins font exprès de créer des annonces qui seront censurées. Cela fait parler, visionner autant voir plus, le tout sans débourser une cahouète d’espace publicitaire.

Mention spéciale aux pubs Doritos qui sont chaque année plus délirantes les unes que les autres.

Voilà, il ne reste plus qu’à prendre son RTT ou acheter une bonne dose de café.

Merci à Mathias Gomez, le fondateur et rédacteur de Foot Ricain pour son analyse éclairée et son mot de dispense pour le boss, Lundi Matin. Retrouvez toute l’actualité du Foot US en Français sur le site footricain.net et sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.